Lunamiel – Pullip Ala
Lilith – Pullip Neo Noir
Yuuki – Dal Milch
Lucy – Pullip Eos
Arwen – Pullip Cinciallegra
Cherry – Pullip Youtsuzu
Elize – Pullip Seila
Serah – Pullip Tomoe Mami
Blencathra – Pullip Jaldet
River – Byul Tiger Lily
Pauline – Pullip Peter Pan
Mes p'tits mecs - Taeyang & Isul
Mes mini puces – Little Pullip, Little Dal & Aï BJD
Mes petites puces – Photo de groupe

10 novembre 2012

J'ai craqué pour... la Pullip Jaldet

      Je suis faible... Voilà un modèle qui ne m'attirait pas à sa sortie mais mon petit monde de poupées ayant pas mal évolué, j'ai réalisé qu'il me manquait encore un personnage pour le rendre complet à mes yeux : un ennemi. Et pour ce rôle, je trouve que la Pullip Jaldet est vraiment parfaite! C'est un modèle que je trouve vraiment très expressif, une petite qui me parait vraiment déterminée!

Pour couronner le tout, au cas où j'aurais mauvaise conscience après cette "légère" faiblesse, cette petite est arrivée pile le jour de mon anniversaire! On ne peut vraiment rien contre le destin! ^^

Bien entendu, elle ne va pas rester "stock". Elle attend actuellement sa wig et son obistu qui ne devraient plus tarder, du moins je l'espère. J'ai aussi fait quelques tests pour ses eyechips. D'ailleurs, tout comme pour la Pullip Tomoe Mami (Serah), j'ai pu constater qu'ils étaient désormais plus grands qu'avant. Les custom flat chips, ainsi que les eyechips des anciennes Pullip ne tiennent plus dans les globes sans l'ajout de Patafix.

En attendant, voici quelques photo prises à sa sortie de la boite :

IMG_3704 copy

IMG_3692 copy

Concernant la wig, j'ai été très agréablement surprise. Je n'ai jamais eu une wig "stock" d'aussi bonne qualité et même si la coiffure n'a pas résisté au retrait, je pense sérieusement la garder pour un usage ultérieur.

Venons en à l'oufit. En voilà un qui m'a laissé très perplexe! Je me demande d'où leur est venue l'idée de ce design. Je n'y ai trouvé aucune logique. Néanmoins, chaque élément, pris indépendamment, peut m'être très utile je pense. Au final, je crois que les éléments qui me posent le plus d'interrogations sont les chaussettes noires à pois roses... Autant dans tout le reste, on peut éventuellement y trouver plus ou moins un thème type "cabaret" (les paillettes, le chapeau à plumes, les couleurs noires et dorées,...) autant pour les chaussettes je ne vois pas!

Enfin bref. Je n'ai pas pris ce modèle pour l'outfit et je dois admettre que la Pullip en elle-même m'enchante. Toujours à l'occasion de mon anniversaire, elle a déjà reçu un autre outfit "stock" que je convoitais depuis longtemps et ma mère a déjà travaillé sur le style que mon personnage portera, elle n'est donc pas toute nue!

Pour plus de détails sur ma petite nouvelle, il va falloir attendre qu'elle soit complète!

Posté par SailorLuna à 16:06 - 1. Séances photo - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags :


08 novembre 2012

Le secret d'Excalibur

     Voici un petit message pour répondre à la question de Trisquette qui m'a demandé comment je m'y suis prise pour faire cette photo :

IMG_2560 copy

C'est tout simple. J'ai juste utilisé une pince à cheveux que je garde toujours dans mon sac (merci les cheveux longs!). Voici l'explication en image :

 

IMG_2550 copy

Merci Chéri pour la démonstration!

 

Donc, comme vous le voyez, la pince à cheveux offre un bon support pour le bras d'obistu qui tient l'épée. Ensuite, j'ai juste posé le tout dans l'eau, au bord du lac.

Pour prendre la photo, j'ai préféré utiliser un appareil photo compact plutôt que mon réflex. Pouvoir viser avec l'écran au dos de l'appareil m'a permis d'effectuer une visée "ordinaire" qui donne ainsi cette impression d'éloignement et montre bien l'épée de face, ainsi que le paysage en arrière plan (ce qui n'aurait pas été le cas avec une visée "en plongée"). Sans compter qu'il m'a évité d'avoir à me coucher sur la berge inondée!

Et pour les références :

excaliburlac

Excalibur, 1981

merlin-313-excalibur-620x353

Merlin, saison 3, The coming of Arthur, part.2 (épisode 13, 2010)

Posté par SailorLuna à 10:56 - 7. Trucs et astuces, reviews - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

06 novembre 2012

La détermination de Lucy, partie 3

Partie 1

Partie 2

 163z393h

      Quand Lilith finit sont récit, je ne sus quoi dire, j’étais abasourdie. Même pour moi, cela faisait beaucoup trop d’informations en une seule fois.

Ma famille descendait non seulement d’un démon mais aussi d’un des druides les plus illustres, une légende prenait ainsi vie dans la réalité. Mon oncle était-il au courant? Mes parents savaient-ils pourquoi Bélial les a-t-il pourchassés? Finalement, toute cette histoire n’était que le résultat tragique d’une énième guerre entre anges et démons. Et tout ça pourquoi? Une épée... Sommes-nous si peu de choses pour ces êtres tout puissants, ces demi-dieux? Myrddin avait perdu sa liberté pour ce bout de métal et moi, ma famille…

IMG_3433 copy

J’eus besoin d’un moment pour encaisser tout ça… Lilith le comprit et resta près de moi en silence. Enfin, je revins un peu à moi, en bougeant un peu la main sur l’arbre sur lequel on était toujours appuyées, je sentis la main de Lilith. Machinalement, je la saisis et la serrai fort. Je la sentis se refermer sur moi. Je sentis les larmes me monter aux yeux, je ne pouvais le contrôler. Elles ruisselèrent sur mes joues. Néanmoins, je pus enfin lui parler, mais point la regarder.

« Tu m’as sauvé la vie…

- Mais je n’ai pu sauver la leur, ni celle de tes parents, ni celle de Myrddin, ni même celle d’Arthur… »

IMG_3440 copy

Je me redressai alors, tenant toujours sa main dans la mienne et la regardai dans les yeux. Elle aussi avait des difficultés à retenir ses larmes.

Quoiqu’il en soit, j’avais mes réponses, qu’elles me plaisent ou non, je savais ce que je voulais savoir. Je savais aussi que sans Lilith, je ne serais pas là pour en parler. Elle a protégé l’enfant de Myrddin comme elle a protégé l’enfant que j’étais. Je n’avais plus aucun doute quant à l’amitié qui nous liait. L’émotion dans son regard suffisait à me rassurer sur sa sincérité. Concernant mes parents, j’avais fait mon deuil il y a déjà bien longtemps, je ne souhaitais qu’une chose, la vérité. Je ne ressentais aucune haine, ni plus aucune douleur. Je me sentais chanceuse d’être en vie, d’être humaine malgré le fardeau que porte notre famille en son sang. La vérité m’avait libérée et j’étais consciente du poids que cela avait été pour elle, elle qui avait toujours cherché à me protéger…

Alors, naturellement, je la pris dans mes bras et lui murmurai à l’oreille un sincère « merci ». Oui, merci d’avoir été là pour nous, merci d’avoir fait tout ce que tu pouvais, merci d’être aujourd’hui mon amie. Ainsi enlacées, nous nous laissâmes aller et nos larmes coulèrent à flot, des larmes libératrices qui étaient comme autant de souffrances qui s’en allaient.

IMG_2642 copy

Soudain, je ressentis quelque chose d’étrange. Je me sentais pourtant bien, comme je ne l’avais été depuis longtemps. Je sentais une douce chaleur envelopper mon corps, je me sentais partir comme quand on se sent sombrer dans un rêve, quand on a l’impression de chuter.

IMG_2618 copy

J’avançais, Lilith sur mes talons. Je n’étais plus maitre de mes pas, ni de mon corps tout entier mais pourtant consciente de toute chose.

IMG_2619 copy

Dans cette transe soudaine, j’entendais au loin la voix de Lilith sans comprendre ce qu’elle disait. Une autre voix, en moi cette fois, se fit entendre. C’était incompréhensible, c’était une sorte de chant qui s’intensifier au fur et à mesure que j’avançais. J’ignorais la signification de tout ceci mais je ne ressentais aucune peur, comme si ce qui se passait devait se passer. Appelez-le « destin », « chemin de vie » ou comme vous voulez mais je sais que je devais subir cet état, suivre ce chemin. Enfin nous arrivâmes jusqu’aux abords du lac, dans un des coins les plus sauvages, aucun sentier ne nous avait mené jusque-là. Les eaux semblaient sombres et froides à cet endroit. Je continuais pourtant d’avancer. Je sentais l’eau fraîche monter déjà jusqu’à mes anches et pourtant je n’avais pas froid. Je m’arrêtai alors, Lilith était restée sur la berge, elle avait déjà vécu cela, je le compris, je commençais à comprendre. Je fis alors un pas de plus, tout aussi incontrôlable que ceux qui m’avaient menée jusque-là, et je sombrai dans les profondeurs obscures du lac. Pourtant privée d’oxygène, je ne sentais pas de suffocation, la vague de chaleur, douce et apaisante semblait me protéger. Il faisait sombre, je coulais doucement, jusqu’à atteindre le fond. Le chant dans ma tête était plus fort et plus mélodieux que jamais. Elle m’appelait, comme Elle l’avait fait des siècles plus tôt avec Myrddin. L’Épée était là, lumineuse, étincelante, lumière éclatante et pure dans les profondeurs obscures. L’Épée des Rois.

IMG_2560 copy

Je la saisis alors, le chant s’intensifia, la voix de l’Épée. Elle m’attira littéralement vers le haut, vers la surface. Je sentis alors l’air pénétrer à nouveau mes poumons, le chant cessa, j’étais redevenue moi-même. Je nageais alors jusqu’à la berge où se trouvait Lilith qui s’élança dans l’eau à ma rencontre et m’aida à sortir. Je tenais toujours l’Épée, la douce chaleur protectrice venait d’elle, je le sentais. Myrddin et Arthur l’avaient-ils sentie aussi? Je la regardais sous toutes les coutures. Que s’était-il passait exactement? Je l’ignore mais l’Épée était là, dans mes mains. Je ne pouvais arrêter de la contempler.

IMG_2588 copy

Enfin, Lilith me fit revenir à la réalité. Elle était visiblement inquiète. J’eus toutes les peines du monde à la rassurer et je ne suis pas sûre d’y être réellement parvenue mais il était temps de rentrer à Edinburgh afin de rassurer tout le monde. De plus, j’étais très impatience de montrer l’Épée à Serah. A ce moment-là, plus que jamais, j’étais persuadé que l’Épée qui constituait une partie du symbole des Reliques et celle-ci était une seule et même arme. Je sentais au plus profond de moi-même, comme un message gravé dans mon esprit, dans ma chair et dans mon sang que l’Épée de Rois devait être remise à la princesse citée dans la prophétie. Elle était destinée à servir cet être exceptionnel capable de faire renaitre ce royaume aujourd’hui disparu.

Peut-être était-ce dans ce but que Myrddin confia l’Épée à Arthur à l’époque, voyant en lui un tel monarque. Il n'avait probablement pas eu les vers prophétiques en sa possession, peut-être n’a-t-il même pas imaginé que l’Épée devait revenir à une femme… De plus, qui sait où se trouvait Serah à cette époque-là, quel nom portait-elle? Cherchait-elle déjà les Reliques? Allez savoir.

Quoiqu’il en soit, aujourd’hui elle a eu l’Épée entre ses mains. Pourquoi je formule cela au passé? Tout simplement parce que l’Épée des Rois est actuellement dans les miennes.

IMG_3554 copy

Quand nous sommes rentrés à l’appartement, Serah discutait avec Yuuki dans le salon, Luna, son chat, sur les genoux. Dès que Lilith et moi eûmes franchi la porte d’entrée, Luna s’élança à notre rencontre. Elle regardait l’Épée à ma main, l’œil brillant, presque avide. Serah vient à sa suite et elles s’échangèrent un regard comme elles en ont l’habitude, leur façon de communiquer probablement.

Lunamiel vint ensuite, inquiète, nous questionnant sur ce qu’il s’était passé mais elle s’interrompit quand elle vit l’ l’Épée et l’intérêt de Serah. Je lui tendis alors respectueusement l’Épée, Luna avait sauté dans ses bras pour être aux premières loges.

IMG_3562 copy

« Nous l’avons trouvé dans un lac, au sud. Elle a... déjà un lourd passé... »

Yuuki, Demian, et Cherry apparurent à leur tour. Yuuki s’avança avec hésitation pour être à la hauteur de Serah qui n’osait faire un mouvement.

« Cette épée… j’entends son chant… Elle vient du fin fond des temps, je le sens, elle a tant à raconter… » Affirma-t-elle.

Serah lui sourit. Elle avait les larmes aux yeux.

« Oui, je l’entends aussi. Je sens mon cœur vibrer à l’unisson avec elle. Son chant vient bien de chez nous! »

IMG_3569 copy

Elle posa alors sa main tremblante sur la lame fraîche qui se mit à étinceler comme elle l’avait faite au fond du lac. Serah ferma les yeux, ressentant le pouvoir de la Relique qu’elle avait tant cherchée. Dans l’appartement, tous observaient la scène en silence. Quand Serah ouvrit les yeux à nouveau, ses larmes coulaient sur ses joues. Elle posa alors son regard sur moi, fixement, un regard empreint de gratitude.

« Merci, parvint-elle à articuler. Merci infiniment. » Elle souriait. « C’est bien une des trois Reliques d’Avalon, cela ne fait aucun doute. Je sens son pouvoir lié au Cristal Sacré.

- Elle te revient de droit, elle t’… » Commençai-je alors mais Serah m’interrompit en secouant la tête et en souriant. Elle prit l’Épée telle que je la tenais et me la tendit à son tour. Luna avait sauté sur le meuble le plus proche et observait la scène attentivement.

IMG_3579 copy

« Les trois Reliques doivent être réunies en temps et en heures, commença Serah, mais pour l’instant, c’est toi que celle-ci a choisie. Cette épée représente la force et la détermination des Hommes et il te revient l’honneur de la conserver jusqu’à qu’on trouve les deux autres. Tu en es donc la gardienne désormais, prends en grand soin car je sens un puissant lien qui vous unis. »

Lilith s’interposa alors, une profonde inquiétude se lisait sur son visage :

« Serah, tu n’y pense pas! J’ai vu anges et démons se battre pour cette arme et s’octroyer ses propriétés, si Lucy la conserve elle sera en grand danger! » Elle me jeta un regard des plus inquiets et baissa la tête puis continua, plus doucement :

« Elle a bien assez souffert à cause d’elle… »

Je fus très touchée par l’inquiétude de mon amie mais ma décision était prise et elle devait l’accepter. J’étais unie au destin de l’Épée et elle au mien, que je le veuille ou non. J’avais décidé de l’assumer fièrement.

IMG_3597 copy

Ils s’approchèrent alors tous pour la rassurer, Demian en tête, et lui assurèrent que je ne serai pas seule, qu’ils seraient tous là en cas de problème. Tous jurèrent de garder le secret, un de plus, sur la découverte de l’Épée des Rois, capable d’éradiquer le Mal en personne, et de la protéger. Même Cherry qui pourtant parait toujours hermétique à tout, promit. D’ailleurs, concernant cette dernière, après cette journée son attitude à mon égard changea sensiblement. Peut-être voyait-elle enfin en moi quelque chose qu’elle trouvait intéressant, moins ennuyeux…

 

Oui, beaucoup de choses ont changé... Il va sans dire que mes cauchemars ont enfin cessé, je passe enfin des nuits paisibles. Ma relation avec Lilith est enfin redevenue ce qu’elle était à ses débuts, nous sommes peut-être même encore plus proches désormais, au grand damne de Cherry. Nous nous sommes aussi rapprochées avec Serah, elle s’est un peu plus livrée à moi, sur ses origines, ses buts. Cette femme est une vraie mine d’informations, elle semble avoir connu toutes les civilisations et je pourrais passer des heures à la questionner!

Ce séjour a radicalement changé ma vie, ma perception même de ma propre existence. Je reste peut-être la seule petite humaine du groupe mais tout le reste est différent. Je suis arrivée prisonnière de mes questionnements et de mes doutes, enchainée à mes cauchemars et je repars libérée, sûre de moi et de l’avenir, assumant pleinement mon destin et mon héritage, l’Héritage du Démon. 

IMG_3619 copy3 copy

FIN.

Posté par SailorLuna à 10:25 - 2. Photo stories - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 novembre 2012

L'héritage du démon, partie 2

Partie 1

163z393h

IMG_1988 copy2

     Myrddin désertait de plus en plus souvent les murs de Camelot devant l’incompréhension d’Arthur qui avait besoin de lui plus que jamais. Morgana qui savait tout sur ce qui le retenait, ne voulut en souffler mot, de peur de déprécier son mentor. Aussi, essaya-t-elle de prendre sa place, du mieux qu’elle put, soignant les blessures, favorisant les victoires du Roi, prévenant les attentats et les traitrises… Ses sens de démon furent des plus utiles, et s’en trouvèrent de plus en plus affutés. Néanmoins, ils vivaient en une période troublée et les guerres se firent fréquentes, jusqu’à la bataille de Camlann…

Morgana eut beau lui déconseiller cette bataille, Arthur ne pouvait pas reculer. Prévenant la catastrophe à venir et en désespoir de cause, elle partit à la recherche de Myrddin, cela faisait des mois qu’elle ne l’avait plus vu…  Elle alla jusque dans la grotte mais ne le trouva point. Il était nulle part et l’ange non plus. Ils ne voulaient décidément pas être retrouvés. Elle se résolue donc à retourner auprès d’Arthur. Hélas, il était trop tard, les combats avaient commencé.

 

Sur le champ de bataille, elle se fraya tant bien que mal un chemin pour essayer de repérer le Roi parmi les hommes s’entretuant, repoussant les assauts comme elle pouvait. Elle n’avait jamais été aussi proche de la guerre, de tout ce sang, cette haine,... Elle en eut la nausée. Quand elle aperçut enfin Arthur, il était en train d’en découdre avec le chef ennemi, le traitre, ancien chevalier de Camelot. Elle avançait avec peine, les assauts des hommes poussés par le désespoir se firent plus violents. Elle n’était plus qu’à quelques mètres du Roi. Elle entendait le chant de l’ Épée qui, pour la première fois, sonnait comme un requiem pour son porteur, fatigué, à bout de force. Alors que Morgana arrivait enfin à leur hauteur, prête à lui prêter main forte, le traite frappa un coup fatal. Le visage d’Arthur se crispa sous la douleur mais dans un dernier sursaut de force, il le frappa mortellement à son tour. Ils s’écroulèrent tout deux. La bataille était finie.

Morgana s’élança auprès d’Arthur, à peine conscient, le sang ruisselant de la plaie béante. La jeune femme tenta le tout pour le tout pour soigner ses blessures trop nombreuses. A bout de force, au comble du désespoir, elle appela une dernière fois Myrddin, son cher mentor, encore et encore, hurlant son nom.

Enfin, comme dans un miracle, Myrddin apparut. La tristesse et le regret se lisaient dans son regard quand il se posa sur Morgana et Arthur, tous deux ensanglantés. Il s’était détourné de son chemin et venait de payer le prix fort… Arthur ouvrit alors un peu les yeux, il semblait heureux de voir le vieux druide une dernière fois, il ne semblait garder aucune rancune vis-à-vis de sa désertion. Et devant cette marque de miséricorde, Morgana lui pardonna aussi. C’est alors que, dans ses dernières forces, le Grand Roi rendit son épée, sa fidèle amie, à Myrddin et le remercia pour ce précieux cadeau. Tous deux avaient les larmes aux yeux. Dans le regard du druide, Morgana pu apercevoir une lueur de gratitude. Arthur ferma alors les yeux à jamais et devant sa dernière famille rendit l’âme. Myrddin serra alors l’Epée des Rois contre lui, posa les yeux sur Morgana une dernière fois et lui sourit, d’un sourire sincère qui voulait « merci » mais aussi « adieu », et il s’en fut. Il savait ce qu’il avait à faire.

 

Lilith restait seule au milieu de ce champ de bataille devenu silencieux désormais… L’odeur du sang et de la poussière était partout, néanmoins elle attendit… Et ce qu’elle attendait ne mit pas longtemps à arriver, l’ange Guide, chargé d’escorter l’âme Arthur dans l’autre monde, apparut finalement devant elle. Elle lui demanda humblement la permission de les accompagner jusqu’aux portes des Terres Célestes et devant la détresse du jeune démon, le Guide, touché, accepta.

Lilith laissa donc le corps du Roi au bon soin de son peuple, non sans avoir pris la peine de nettoyer ses blessures et de lui rendre l’apparence du grand roi qu’il fut. Ensuite, elle suivit le Guide jusqu’aux portes de ce monde, mais pas plus loin, elle avait, elle aussi, une dernière chose à faire. Elle fit donc promettre au Guide de prendre bien soin de cette âme si précieuse et s’en retourna.

IMG_2535 copy2

Elle se rendit jusqu’à la grotte où elle avait aperçu Myrddin et l’ange des années plus tôt, espérant pouvoir, sinon voir son mentor, au moins régler ses comptes avec cette Viviane, elle n’avait plus rien à perdre. Malheureusement, elle avait été devancée. Quand elle arriva dans la grotte, l’ange, qui avait repris sa véritable apparence n’était pas seule, Bélial était là. Visiblement, ils étaient déjà en plein combat et le démon, plus vieux que l’ange, semblait prendre le dessus. Quand ils ressentirent tous deux la présence de Lilith qui n’avait pas pris la peine de masquer sa présence, ils cessèrent leur combat.

Bélial fut le plus surpris de la voir ici, sa mission était restée secrète jusqu’au bout. Néanmoins, il se remit très vite. L’Épée. Où était l’Épée? Telle était la raison de sa présence sur Terre. De toute évidence, Gabriel n’en savait rien ou ne lui avait rien dit. Aussi il commença à s’avançer vers Lilith, menaçant. La jeune démone lui affirma ne rien savoir du lieu où se trouvait Excalibur, que seul Myrddin savait, ou était capable de la retrouver. Bélial entra dans une fureur noire, s’en détourna et attaqua de nouveau l’ange. C’est alors qu’une lueur étrange attira le regard de Lilith sur les parois du fond de la grotte. Elle s’approcha prudemment évitant d’attirer l’attention et examina la roche. Tout à coup elle fit un bond en arrière, ce n’était pas de la roche, mais de la glace et au cœur de celle-ci Myrddin, prisonnier.

Elle fit tout ce qu’elle put pour essayer de briser, ou faire fondre cette glace mais rien n’y fit. Elle ne put même pas l’ébrécher. Myrddin était pourtant là, juste devant elle, il semblait paisiblement endormi et inaccessible. Elle comprit la colère de Bélial quand elle dit que seul Myrddin pouvait trouver l’Épée. L’ange Gabriel, qui lui avait déjà pris son cœur, venait de lui enlever son corps et son âme, à jamais endormis.

Lilith fut touchée par un profond chagrin qui se transforma bien vite en haine envers Gabriel, chose qui lui était étrangère. L’énergie qu’elle libéra attira à nouveau l’attention sur elle. En larmes, folle de rage, elle questionna l’ange. Pourquoi? Il l’aimait déjà, il avait tout abandonné pour elle, alors pourquoi l’emprisonner ainsi? Pour toute réponse, Gabriel sourit tristement et répondit qu’il était le seul à pouvoir trouver l’Épée des Rois, l’épée capable de tuer le Mal en personne… Lilith ne comprit pas sur le moment mais plus tard, elle réalisa que Gabriel faisait probablement référence au Seigneur Lucifer qui lui-même fut un ange autrefois. Peut-être l’Épée a-t-elle toujours eu le pouvoir de détruire les démons, comme elle l’a elle-même ressentie quand elle l’a vue la première fois dans les mains de Myrddin, mais il se peut aussi qu’elle ait le pouvoir de détruire les plus puissants des anges, choses qu’ils ne pouvaient permettre. Le vieux druide fut donc sacrifié afin de garantir le bien de tous, anges et démons.

Lilith ne décoléra pas pour autant et attaqua alors Gabriel, sous les yeux de Bélial amusé. Néanmoins, Gabriel était toujours plus puissante qu’elle et prit vite le dessus. Elle allait frapper gravement Lilith quand soudainement Samaël apparut, retenant son coup. A sa suite apparurent six soldats de la garde personnel du Seigneur Lucifer. Samaël, d’une voix claire et sans appel annonça que le combat était fini pour aujourd’hui, laissant l’ange Gabriel, surprise et incrédule, partir sans encombre. Le reste ne concernait que les démons et elle avait confiance en son sort d’emprisonnement, personne ne pourrait atteindre Myrddin désormais, sa mission était accomplie.

Une fois l’ange disparut, Samaël, sans un regard pour sa fille qui se relevait avec peine, se tourna vers Belial et ordonna à la garde de le saisir. Il était accusé de haute trahison. Lilith apprendra bien plus tard, qu’il avait détourné des informations confidentielles au sujet de Myrddin et de l’Épée, les cachant aux autorités afin de s’en servir à son propre compte. En outre, il était soupçonné de vouloir utiliser l’Épée pour organiser un coup d’état et détrôner le Seigneur Lucifer.

Belial fut donc amené en Infernos pour y être jugé et condamné à l’enchainement dans une des sombres geôles « privées » du palais de Lucifer. Bélial étant l’un des anges déchus en même temps que Lucifer et Samaël, leurs lois leurs interdisaient de le condamner à mort, les démons dit « supérieurs » n’étant déjà pas très nombreux.

De son côté, Lilith dût elle aussi rentrer en Infernos. Elle quitta lentement la grotte où sommeillait Myrddin, retenant ses larmes, son père ne les aurait pas acceptées. Quand elle eut franchi le seuil, elle jeta un dernier regard vers celui qui avait été son mentor et son ami pendant tant d’années… C’est alors que Samaël donna l’ordre. Des démons qui étaient jusque-là en retrait apparurent. Lilith eu l’ordre de reculer et ils déclenchèrent leur sort. La terre trembla, les rochers tombèrent et la grotte fut scellée. Myrddin et l’Épée des Rois étaient hors de portée à jamais…

Toutefois, malgré toutes leurs précautions, une chose échappa aux anges comme aux démons, un secret que Myrddin avait seulement partagé avec une personne de confiance, qui avait si longtemps partagé sa vie.

Un jour où Morgana s’interrogeait naïvement sur les sentiments humains, le druide lui parla de Nimue, son premier amour. Il l’avait rencontrée quelques années seulement après avoir quitté le foyer de sa mère et l’avait épousée. C’était la fille d’un chef de clan druide. Malheureusement, sa réputation commençait à se propager et certains hommes puissants peu scrupuleux, avides de ses pouvoirs avaient tenté de faire pression sur lui et sa famille. Alors, il avait quitté sa femme, non sans un profond chagrin la laissant sous la protection de son peuple. Lors de son départ, il savait Nimue enceinte de plusieurs mois déjà, une petite fille, mais il partit et elle ne le retint pas. Elle savait qu’il avait à faire dans le monde et que sa fille serait plus en sécurité comme cela.

Lilith ne parla de Nimue ou de l’enfant à personne, de peur que l’enfant ait héritée des pouvoirs de son père et qu’elle finisse comme lui, voire pire. Elle se contenta de veiller sur elles de loin, quand ses missions sur Terre le lui permettaient. Ainsi, elle assista à la dissolution du sang du démon, source du pouvoir de Myrddin, de génération en génération, jusqu’à qu’il ne resta dans cette descendance que de l’humain. Alors elle espaça ses visites et les laissèrent vivre leur vie.

Myrddin et l’Épée des Rois ne devinrent plus que légende.

163z393h

     Des siècles plus tard, dans les années 1990, une voiture roule à vive allure sur une route d’Écosse, en direction d’Édimbourg. A son bord, un couple et une petite fille d’à peine trois ans. L’homme conduit pendant que sa femme jette des coups d’œil nerveux à l’arrière. Ils sont poursuivis. Par quoi? Il l’ignore, mais ce n’est pas humain, trop rapide, trop fort. Ce qu’il veut? Ils n’en savent absolument rien. La femme se tourne à nouveau, sa fille dort paisiblement dans son siège, elle réajuste sa couverture instinctivement, il fait un peu frais en ce mois d’octobre.

Tout d’un coup, son mari freine brusquement, la voiture met quelques secondes à s’immobiliser sur la route humide. Devant eux, la créature se tient là, ses yeux rouges flamboyants ressortent dans l’obscurité. Dans un geste de désespoir, l’homme tente d'accélèrer et de le renverser, mais il n’a pas le temps, le démon est déjà sur eux et arrache la portière du conducteur. Il agrippe l’homme sous les yeux horrifiés de sa femme et le projette hors de la voiture. Face à la force de la créature, l’homme n’est qu’une poupée entre ses mains qui va se fracasser contre les rochers sur le bas-côté de la route. La femme a cessé de crier mais l’enfant pleure. La mère cherche à atteindre son enfant pour tenter de s’enfuir, mais c’est trop tard. Le démon est déjà de son côté.

Lentement, sadiquement, il la fait sortir de la voiture. La maintenant pas la gorge, il approche son visage du sien et respire son parfum à plein poumon, tel un prédateur sur sa proie… Il avait toujours été un chasseur. Alors qu’il recule son visage, il semble pleinement satisfait, il l’a trouvé ce qu’il cherchait… Son sang, sa descendance, sa vengeance. Pendant plus de quinze siècles, il avait été enfermé, enchainé, tel un chien pour le plaisir de son maitre et seigneur, aujourd’hui, était arrivé le temps de la vengeance, grâce à son sang, ses descendants et une relique du passé depuis longtemps oubliée… Une relique capable de détruire le Mal en personne… Le sang de démon ne disparait jamais totalement, tout comme sa puissance. Patiemment, il les avait cherchés, puis traqués… ceux qui le guideraient jusqu’à l’Épée!

Alors qu’il relâchait prise, sa quête prenant fin, ses mains se crispèrent. La femme vit son visage se tordre de douleur et de surprise. Elle baissa les yeux, une épée avait transpercé le démon de part en part. Bélial tourna la tête lentement, toujours maintenant la femme par le cou. Il regarda son agresseur, une petite ombre encapuchonnée, portant un masque des plus menaçants. Dans cette ombre sans forme, seuls des yeux rouges rougeoyants ressortaient. « Toi… » Murmura Bélial à l’agonie. Ses jambes commençaient à faillir mais alors qu’il s’écroulait et sans que quiconque ne puisse agir, il resserra sa prise sur le cou de la femme qui se brisa dans un bruit sourd. Elle s’écroula à son tour, sans vie.

Six démons apparurent alors face à l’ombre et se saisirent du corps du démon agonisant. Voilà, plusieurs années qu’il s’était enfuit de sa geôle, pourtant au cœur même du Pandémonium et ils ignoraient comment il avait pu s’échapper tout seul aussi puissant était-il, mais ça ne se reproduirait plus. Enfin, encore fallait-il qu’il survive, peu de personne survivait à la lame de Guruthys…

Quand les gardes furent partis, tout était silencieux autour de Lilith. Sa mission était accomplie, elle retira son masque. Elle regarda les corps du couple avec regret… Soudain, un bruit attira son attention dans le véhicule. Elle s’approcha et vit à l’arrière la petite fille terrorisée. Lilith ouvrit la portière et doucement, elle tenta de la rassurer, en vain. L’enfant ne la laissa même pas s’approcher sans hurler et se débattre. Lilith ne voulait pas lui faire du mal et elle resta à bonne distance, l’empêchant néanmoins de sortir de la voiture et de voir les corps sans vie de ses parents. La petite était déjà au bord de la crise de nerfs, qui sait ce qu’elle avait vu exactement depuis son siège…

Au bout d’un moment, une voiture arriva enfin et ralentit au niveau de « l’accident », le démon se dissimula derrière un arbre observant la scène. La petite fut prise en charge et les secours arrivèrent très vite. Ils allaient prendre soin d’elle, Lilith s’en assura.

L’enfant allait vivre, Lucy, la dernière descendante de Myrddin…

IMG_3658 copy

FIN.

Posté par SailorLuna à 11:01 - 3.1. Genèse et autres histoires - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,

02 novembre 2012

L'héritage du démon, partie 1

      Il y a très longtemps, dans un monde où les croyances offraient encore une grande place aux dieux dits aujourd’hui « païens », un démon du nom de Bélial venait régulièrement sur Terre afin de profiter de ses « bienfaits ». Bélial était un démon très puissant, un des plus anciens et un des plus séducteurs aussi. Ses aventures étaient nombreuses et célèbres, autant en Infernos que sur Terre.  Quand il avait jeté son dévolu sur une femme, peut importait le moyen, il devait la séduire. Jamais il ne renonçait et plus la dame lui résistait, plus elle réveillait en lui son désir. Plus qu’un séducteur, Bélial était un chasseur…

 

Un jour, il croisa la route de sa nouvelle proie, une jeune femme se promenant dans une forêt en quête d’herbes et de baies sauvages. Elle était très belle, le genre de beauté sauvage et ingénue face à laquelle le démon ne put résister. C’était elle et nulle autre, il fallait qu’elle soit à lui.

Bélial prit donc l’apparence d’un gentilhomme riche et puissant et fit la cour à la jeune femme mais en le voyant s’approcher, elle prit la fuite! Il changea alors d’apparence et devint un preux chevalier couvert de gloire mais elle n’en fut pas plus impressionnée… Le démon commençait à perdre patience et son désir allait grandissant. Pour la première fois, il dût prendre le temps de bien connaitre la jeune femme qui malgré sa vie précaire n’était guère intéressée ni par l’argent, ni par la gloire. Alors, Bélial se fit humble vagabond demandant l’hospitalité.

La jeune femme, quoique de nature prudente ne s’enfuit pas et l’accueillit en son logis. Le démon avait fait un premier pas. Le plus dur avait été fait, il ne restait plus qu’à toucher son cœur. Il prit le temps, se montrant tour à tour reconnaissant et généreux, prolongeant son séjour tantôt à sa demande à lui, tantôt à elle… Et ce qui devait arriver arriva. Il la séduit et elle lui céda.

Le lendemain, il avait disparu à jamais. Elle en fut couverte de honte. Et son désespoir fut plus grand encore quand elle réalisa qu’elle était enceinte de l’inconnu. Elle alla immédiatement demander conseil à la Sage de son clan, car la jeune femme faisait partie d’un clan de druides depuis longtemps implanté dans la région. La Sage la reçut avec tendresse et compassion mais lui annonça qu’elle portait l’enfant du Démon. A cette nouvelle, la jeune femme défaillit. La Sage prit soin d’elle et s’enquit de demander conseil auprès des autres anciens du clan. Ils consultèrent les oracles, demandèrent aux étoiles et à la lune ce qu’ils devaient faire et la réponse fut on ne peut plus claire : « A la naissance de l’enfant, la jeune mère devra quitter le clan à jamais. D’elle seule dépendra le chemin de vie qu’il prendra car, les oracles et les astres étaient clairs, de lui dépendrait le destin de beaucoup. »

 

A terme, l’enfant vint au monde sans problème et fut nommé par les druides Myrddin Emrys. Une fois remise, la jeune femme quitta son clan pour s’isoler au loin dans la forêt afin élever son fils dans le culte de l’Ancienne Religion, celle pratiquée par son peuple.

De nature joviale et volontaire, l’enfant était très obéissant envers sa mère à laquelle il était très attaché. Il s’avéra extrêmement assidu et très doué dans les études. Elle lui apprit le pouvoir des herbes et des plantes, ainsi qu’à ressentir et respecter la nature. Il a appris à soigner et révéla des prédispositions naturelles pour voir l’avenir dès son plus jeune âge. L’enfant grandit et devint puissant. Il vint le temps où il dût quitter sa mère pour suivre sa route. Comme l’avait prédit les oracles, il eut le destin de beaucoup entre les mains, conseillant les plus puissants de ce monde.

 

Pendant ce temps, en Infernos, on avait eu vent des prouesses du demi-démon. Et si Bélial n’accordait que très peu d’intérêt à sa progéniture, il n’en n’était pas de même pour les autorités infernales, en particulier pour tout ce qui concernait Myrddin. Aussi, sous les ordres du Seigneur Lucifer et dans le plus grand secret, Samaël envoya un de ses démons pour le surveiller, et si besoin, prendre les dispositions nécessaires envers le puissant druide. Face au caractère confidentiel d’une telle mission, il lui fallait un démon de confiance, il envoya donc sa jeune fille qui avait besoin de faire ses preuves. Lilith fut donc envoyée sur Terre. C’était peut-être seulement son deuxième ou troisième voyage en Terre des hommes de sa vie, pas plus. Elle n’avait même pas encore été en réel contact avec les humains, elle les avait seulement observés de loin, très loin.

IMG_2118 copy2

Une fois arrivée à destination, elle prit l’apparence d’une femme de la cour où vivait actuellement Myrddin et se fit appeler Morgana. Le druide étant des plus accessibles, toujours présent pour son prochain, il fut très facile au démon de l’aborder. Lilith fut très troublé par l’homme qui se trouvait devant elle. En apparence beaucoup plus âgé, Myrddin avait pourtant gardé cette lueur espiègle qu’ont les enfants dans le regard. Il semblait s’émerveiller de tout et de rien alors qu’il avait déjà vécu de nombreuses années, son sang de démon lui permettant de vieillir plus lentement que le commun des mortels. La jeune Lilith, ou Morgana, n’eut donc pas à feindre son intérêt pour cet humain et Myrddin, touché, pris plaisir à converser avec elle. Petit à petit un vrai lien d’amitié se tissa entre eux au point que Morgana se permit de lui demander une grande faveur. La jeune femme prit son courage à deux mains et lui demanda de la prendre en tant qu’élève, de lui apprendre ce qu’il savait sur les bienfaits de Mère Nature et sur les secrets de l’Ancienne Religion, par exemple comment soigner son prochain. Tout d’abord surpris par cette proposition, Myrddin prit le temps de réfléchir, il n’avait jamais pensé à prendre un apprenti… Mais devant l’insistance de la jeune femme et ses prédispositions naturelles (comme tous les démons, Lilith avait un sixième sens très développé, ainsi que tous les autres sens d’ailleurs), il finit par accepter.

Ainsi, la jeune Morgana devint l’élève de Myrddin le druide, bientôt connu sous le nom de Merlin l’enchanteur…

IMG_2278

Quelques années plus tard, alors que Myrddin et Morgana se promenaient sur les abords d’un lac, en quête d’algues pour leurs préparations, le druide s’arrêta net, ses sens tous éveillés. Morgana sentait quelque chose aussi dans l’air, mais c’était à peine perceptible. A vrai dire, si Myrddin n’avait pas réagi, elle ne l’aurait probablement pas remarqué. Le druide s’avança alors dans le lac, il ne semblait pas gêné pas la froideur des eaux d’automne. Les arbres rougeoyants autour d’eux frémissaient… Quelques choses approchaient… Myrddin continua d’avancer, il semblait en transe, l’eau lui montait jusqu’à la poitrine. Morgana aurait voulu l’arrêter mais elle était tétanisée, incapable de bouger. Puis, tout à coup, le druide disparut, comme happé par les eaux profondes et sombres. C’est là que Morgana réagit, se jetant à son tour dans les eaux pour tenter de sauver son mentor. Alors qu’elle arrivait à quelques mètres d’où il avait disparu, il réapparut soudainement, comme projeté pas les eaux. Morgana fit un pas en arrière de surprise. Myrddin s’avança alors et rejoignit la rive, il tenait fermement une épée à sa main. Le démon n’en avait jamais vu de telle. Quand elle eut atteint la rive à son tour, Myrddin était redevenu lui-même et admirait l’arme qu’il tenait. C’était une très grande épée, forgée très finement, mais d’une solidité qui semblait à toute épreuve. Morgana ressentait la puissance de la lame, et même si le démon qu’elle était avait l’habitude de manier ce type d’arme, elle ne voulut pas s’en approcher. Tout son corps lui disait de s’en méfier. De toute évidence, cette épée n’avait rien d’humaine, elle venait de très loin, d’un âge révolu.

Myrddin l’a senti lui aussi. A-t-il vu son origine dans ses visions? Morgana n’aurait pas su le dire. En tout cas, il n’en souffla mot.

 

Lilith sut qu’à ce moment-là, elle aurait dû retourner en Infernos et faire son compte rendu à son père, laisser une telle arme entre les mains d’un humain était forcément une mauvaise idée… Peut-être aurait-elle dû assassiner son mentor et ramener l’épée… C’est probablement ce qu’il attendait d’elle mais elle ne put s’y résoudre… Elle voulait connaitre la suite, elle était fascinée par ce demi-démon tant décidé à faire le Bien. Elle voulait savoir ce qu’il allait faire de cette arme, probablement la plus puissante que l’Homme n’est jamais touché… Et, à sa grande surprise, il ne la conserva point.

A l’époque, Myrddin avait un protégé, un jeune roi en qui il avait vu de grandes et bonnes choses. Contre toute attente, c’est à lui, à ce Arthur Pendragon, que le druide offrit l'Épée, une épée capable de détruire le Mal en personne, selon ses propres mots. Morgana ne fut pas rassurée par ce présent. Autant elle avait confiance en Myrddin, autant elle se méfiait de cet humain, comme de tous les autres d’ailleurs. Ils étaient si facilement corruptibles… Peut-être aussi était-elle jalouse de l’intérêt que lui portait son mentor... Aussi, elle ne pouvait s’empêcher de se montrer distante et froide vis-à-vis d’Arthur, son titre ne l’impressionnant point. Néanmoins, elle essayait de rester courtoise envers ce jeune roi qu’elle trouvait arrogant et présomptueux. Il avait l’affection de son cher mentor et leurs séjours à Camelot, la citadelle d’Arthur, se faisaient des plus réguliers.

Avec le temps, elle dût admettre que Myrddin avait raison, grâce à l’Épée des Rois, surnommée plus tard Excalibur, Arthur pu repousser les hordes barbares qui menaçait son royaume et protégea son peuple. A contre cœur, elle dût admettre qu’il était un grand roi, et se promit de ne plus douter des décisions de Myrddin, peu importe ce que lui en disait son cœur, la jalousie n’étant jamais bonne conseillère.

IMG_1994 copy2

Les quelques années que le druide et son élève passèrent à Camelot furent finalement très heureuses, pour l’un comme pour l’autre. Lilith en oubliait sa mission, Myrddin était comme un père pour elle, elle l’admirait et l’aimait. C’était la première fois de sa vie qu’elle avait l’impression d’avoir une vraie famille. Elle commença même à voir clairement en Arthur ce que voyait Myrddin. Sous sa surface arrogante, c’était définitivement un grand roi qui aimait son royaume et son peuple, et elle commençait à avoir une certaine affection pour lui. Néanmoins, elle en n’oubliait pas les ordres de son véritable père, ni sa réaction s’il s’apercevait de sa désobéissance, elle n’avait jamais désobéi avant, elle ne l’avait jamais même contredit. Elle savait que tôt ou tard elle le paierait, mais elle préférait ne pas y penser, profitant de ce court bonheur avec Myrddin et, même si elle avait des problèmes à l’admettre, Arthur. 

Malheureusement, ce bonheur fut de courte durée...

 

A Caelestis, les anges, qui surveillaient aussi Myrddin, le demi-démon, de leur côté s’aperçurent qu’un vrai démon vivait à ses côtés et s’inquiétèrent de son influence sur le druide. Ils avaient pour habitudes de veiller sur les rares progénitures démoniaques qui tournaient souvent très mal ou devenaient de vrais espions aux services d’Infernos. Souvent pourvus de pouvoir, ils pouvaient se montrer extrêmement dangereux. A vrai dire, Myrddin était un des rares à avoir choisi la voie du Bien et les anges comptaient bien qu’il en reste ainsi. Aussi, ils envoyèrent eux aussi l’un d’entre eux auprès de Myrddin. Ils envoyèrent un Grand Mage du nom de Gabriel, un ange féminin d’une grande beauté et d’une profonde sagesse, capable de maitriser les eaux. Arrivée sur Terre, elle prit l’apparence d’une fée magnifique et se fit appeler « Viviane ».

Quand Myrddin la rencontra, elle se promenait au bord du lac d’où il avait extrait l’Épée, des années plus tôt. Dès qu’il croisa son regard, il en fut subjugué. Lui, d’habitude si sage et si réfléchi, devint obsédé par la jeune femme qu’il venait de rencontrer.

Il commença à s’absenter de Camelot, seul, laissant Morgana au château. Il partait sans explication des jours et des jours et quand il revenait, son esprit n’était pas vraiment là, pensant toujours à sa Dame. Morgana sentit qu’il y avait quelque chose de suspect là-dessous et un jour, elle suivit son mentor lors d’une de ses escapades. Elle se tint à bonne distance et utilisa tous ses talents de démons et tout ce qu’il lui avait été appris pour ne pas être repérée. Elle avait été très assidue et quand il pénétra dans une grotte, visiblement sa destination, il n’avait rien ressenti de la présence de sa jeune apprentie.

Une fois dans la grotte, elle avança prudemment, tout en essayant de ne pas perdre de vue le druide. Soudain, elle s’arrêta. Myrddin, son mentor, l’homme qu’elle admirait le plus, voyait une femme en secret, et pas n’importe laquelle vu que ses yeux de démons le voyaient très clairement, il s’agissait d’un ange. Lilith ne savait que faire, l’ange était visiblement plus âgée et plus puissante qu’elle. De plus, lui faire face maintenant exposerait son identité à Myrddin, chose qui la terrifiait au plus haut point. Aussi, après de longues minutes d’hésitation, elle fit demi-tour et rentra à Camelot, la mort dans l’âme… Ses jours de bonheur était bel et bien finis.

 IMG_2119 copy2

A suivre...

Posté par SailorLuna à 10:21 - 3.1. Genèse et autres histoires - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,


31 octobre 2012

Trick or treat!

IMG_8608 copy

Happy Halloween!!

jack-swirl_gif

29 octobre 2012

La détermination de Lucy, partie 2

Partie 1

163z393h

IMG_3403 copy

     De retour à l’appartement, chacun avait vaqué à ses occupations. Shopping, visites ou excursions, ce ne sont pas les activités qui manquaient dans le coin. Je m’assis donc seule dans un coin de ma chambre à réfléchir au peu que j’avais appris, rassemblant mes idées. Je lisais et relisais le rapport, essayant d’y trouver un sens logique, tant et si bien que je m’endormis. Bizarrement, je ne me souviens pas des rêves que j’ai faits cette fois-là.

Je me suis réveillé en fin d’après-midi, Arwen, Lilith et Demian étaient rentrés. Ils avaient couru les librairies visiblement. Je les entendais discuter de leurs dernières trouvailles littéraires. Il était temps pour moi d’agir et d’éclaircir les choses avec Lilith. Je rangeai de nouveau le rapport dans ma sacoche et je pris une douche pour me rafraichir les idées et me donner du courage.

IMG_3414 copy

Quand je les rejoignis dans le salon, Lunamiel et Serah étaient aussi rentrées de la bibliothèque où elles avaient effectué des recherches concernant les Reliques sans aucun résultat. Lilith était à part, sur le sofa, déjà plongée dans ses nouvelles lectures. Je pus lire avec amusement la couverture « The Complete Sherlock Holmes ». Quand vous êtes une enfant britannique, ce célèbre détective berce littéralement votre scolarité dès que vous êtes en âge de le comprendre! Quand elle me vit entrer dans la pièce, elle abaissa le livre et me sourit. Il est vrai que j’avais, encore une fois, été plutôt distante avec elle ces temps-ci. Je m’avançai vers elle :

« Je te conseille grandement « The hound of the Baskervilles », c’est vraiment un classique et cette enquête est passionnante! »

IMG_3406 copy

Elle feuilleta la table des matières, ladite histoire était à la moitié du volume, et fit une grimace.

« Je pense que je vais plutôt le lire dans le sens de lecture. Je ne connais rien de cette histoire mais la libraire me l’a conseillée. » Elle posa les yeux sur l’ouvrage et continua : « Je crois qu’elle a dû se demander d’où j’atterrissais d’ailleurs, quand je lui ai dit que je n’avais jamais entendu parler de Sherlock Holmes! »

Devant sa moue, je ne pus réprimer un éclat de rire. J’imaginais la tête de la libraire, elle a vraiment dû se demander si Lilith se moquait d’elle. Cet éclat de rire fut spontané et naturel. Il relâcha un peu la gêne qu’il y avait entre nous. Je saisis alors ma chance et l’invitai à boire un verre au pub. J’avais besoin de lui parler seule à seule.  Elle accepta volontiers, elle semblait vraiment contente et je ne pus m’empêcher de me sentir un peu coupable. La conversation ne sera certainement pas des plus conviviales… Je ne me vois pas lui demander de but en blanc : « Dis-moi Lilith as-tu quoi que ce soit à voir avec le meurtre de mes parents? Tu prendras une pint ou juste une tasse de thé? » Pour être honnête, encore à ce moment-là, je ne savais vraiment pas comment lui présenter l’affaire, les rêves qui me hantent depuis des mois, le rapport… J’espérais sincèrement qu’une bonne pint m’aiderait!

IMG_3484 copy

Nous sommes alors allées au « Dog and Gun », un pub pour habitués dans une petite ruelle, loin de l’affluence touristique. Mon oncle et moi-même déjeunions à cet endroit quand nous venions en ville. Nous nous sommes assises à une table, dans un coin, près de la cheminée et nous avons commandé. Lilith prit une simple tasse de thé comme à son habitude et moi, et bien, comme à la mienne…

Le moment était venu. Nous avons commençé à parler de tout et de rien, du pub, de la ville,… Et puis elle me questionna sur ma visite au manoir, si mes recherches avaient porté leurs fruits. Nous y étions. Je lui avouai alors que mes recherches ne portaient pas seulement sur les Reliques de Serah et commençai à lui parler de mes rêves. Elle m’écouta attentivement. Son regard intense et flamboyant derrière ses lunettes me mit mal à l’aise et je détournais le regard me concentrant sur les gouttes d’eau le long de mon verre. Il était hors de question que je m’arrête en si bon chemin. Je lui parlais de tout, l’obscurité, le choc, les cris, le silence et enfin les lueurs, les yeux de démons.

IMG_3504 copy copy

Quand j’eus fini, je relevai la tête, et la dévisageai, cherchant la moindre réaction. Elle était impassible. D’une voix douce et lente, elle me demanda depuis quand ses rêves me hantaient. Je lui répondis alors que la première fois fut la nuit suivant l’apparition de Demian. Elle baissa la tête à son tour, fixant sa tasse, le regard dans le vide. Elle semblait perdue dans ses souvenirs.

Enfin, toujours le regard vers sa tasse, elle prit la parole :

« Tu es donc retournée chez ton oncle en quête de réponses à propos de l’accident de tes parents?

- Du « meurtre » de mes parents… » La corrigeai-je alors.

Elle releva alors la tête visiblement surprise. J’essayais de me garder une contenance et de soutenir son regard. Le silence était lourd et parut durer une éternité. Il n’était plus temps de reculer.

IMG_3490 copy

Finalement, je décidais de jouer toutes mes cartes et je sortis le rapport de mon oncle. Je le glissai sur la table en sa direction.

« J’ai trouvé ceci dans un des ouvrages de mon oncle. C’est le rapport de l’accident. »

Elle le prit doucement et le déplia. Elle le lut avec attention, sans un mot, sans un son. Mon cœur battait la chamade, j’avais pourtant l’impression que le temps s’était arrêté. De nombreuses questions se bousculaient dans ma tête. Pourquoi est-elle si calme? Pourquoi ne semble-t-elle surprise de rien?  Ou même en colère de voir que je l’accuse presque? Elle ne montrait aucune émotion alors que les miennes amenaient mon cœur au bord de l’implosion.

IMG_3511 copy

Quand elle eut fini sa lecture, elle replia le rapport et le fit glisser vers moi. Après une courte inspiration, seule trace d’une quelconque émotion, elle rompit le silence :

« Cela n’aurait jamais dû se passer ainsi. Tu dois me croire…  » J’attendais la suite sans un mot. Elle reprit :

« Ton arrivée, il y a deux ans, dans notre monde n’était en rien prémédité. Rien de ce qui a suivi n’était prémédité… Tu dois me croire! » Ses derniers mots furent plus intenses mais je ne les entendis points. J’avais le souffle coupé. Je ne savais que penser. Je l’accusais presque d’être impliquer dans le meurtre de mes parents et c’est tout ce qu’elle trouvait à me dire? Que notre rencontre n’était pas « prémédité »? Etait-ce tout ce qui importait?

Avec le recul, je pense que oui, c’était en effet le plus important car ça prouvait d’un côté que notre amitié n’était pas feinte mais sur le coup, je ne compris pas et entrais dans une colère noire. Pour moi, elle admettait indirectement être impliquée d’une façon ou d’une autre dans le décès de mes parents, elle avouait me l’avoir cachée pendant tout ce temps.

Tremblante de rage, je parvins tout de même à articuler :

« Y-a-t-il un lien avec Bélial? »

Elle se redressa, surprise :

« Où as-tu entendu ce nom? 

- Peu importe d’où il vient, je sais qu’il est aussi impliqué, je le sens! Vas-tu enfin me dire la vérité? » Je n’arrivais plus à me contenir. Je haussais la voix sans même m’en rendre compte.

Le barman, au comptoir, leva la tête, nous jetant un regard sévère. Lilith baissa la tête sans dire un mot. Son énième silence fut trop dur à supporter.

IMG_3539 copy

Je pris le rapport et le rangea rageusement. Je me levai alors en saisissant mon verre et en le finissant d’une traite. J’étais hors de moi. Je lui jetai un dernier regard :

« Si tu ne veux pas m’aider peut-être que ce Bélial le fera lui! Ce ne sont pas les démons qui manquent ici-bas! »

Je quittai alors le bar sans me retourner, je l’entendis se lever  et me suivre en m’appelant. Je savais qu’il était quasi impossible pour moi de la semer en temps normal mais nous étions à Edinburgh, mon territoire en quelque sorte. Je parvins à la semer sur le Royal Mile (High Street), noir de monde à cette heure. Une fois sûre de l’avoir perdue, je me dirigeai vers le parking où j’avais laissé la voiture de location. Je ne savais pas où aller mais j’étais sûre de ne vouloir voir personne. Je démarrai alors le véhicule et quittai Edinburgh.

IMG_3427 copy

J’ai roulé quelques heures, jusqu’à que la fatigue accumulée me rattrape. Je décidai donc de m’arrêter sur une aire au milieu de nulle part. Je n’avais plus aucun repère, je savais que je m’étais dirigée vers le Sud-Ouest, peut-être étais-je arrivée en Angleterre. Quoiqu’il y en soit, je m’arrêtais et, entourée par le calme et l’obscurité, je ne tardai pas à m’endormir.

Quand je m’éveillai le lendemain, le soleil était déjà haut. La pendule de la voiture affichait 11h30. Je pus enfin voir où je me trouvais exactement. J’étais entourée de végétation, d’arbres et de fougères. Tout près, j’entendais le bruit de ce qui devait être un ruisseau. J’avais un peu d’eau dans la voiture pour m’hydrater mais pas assez pour me rafraichir et bien commencer la journée, une très longue journée...

IMG_3461 copy

Je parti donc en quête du ruisseau, suivant le bruit. Je le trouvais enfin et pus me rafraichir sereinement. L’eau était claire et fraiche. Je relevais la tête, cette fois pleinement réveillée, et je pus contempler la nature environnante. Je n’étais définitivement plus en Écosse. J’avais dû atteindre le Cumbria et plus particulièrement le Lake District, Parc National, que dis-je, fierté nationale à la végétation luxuriante. Je fis alors quelque pas, j’avais bien besoin de me changer les idées et je n’avais eu que rarement l’occasion de profiter de la région.

Enfin, en suivant un sentier pour les randonneurs, je parvins au lac, presque tous les sentiers mènent à un lac par ici. Je me posai alors, négligemment appuyée contre un arbre moussu qui, malgré l’humidité, était ma foi des plus confortables.

IMG_2633 copy

Cela faisait plusieurs minutes, ou peut-être plus heures que j’étais là, face au lac, seule avec mes pensées si sombres quand je sentis une présence et entendis dans un murmure : « Lucy …». Je tournai alors la tête et la vis. Elle m’avait retrouvée. Lilith était là, près de moi. Elle me regardait d’un air inquiet. Comment m’a-t-elle retrouvé aussi vite, j’avoue que je l’ignore encore, peut-être a-t-elle été aidée, quoiqu’il en soit, elle était là et je l’espérais disposer à parler…

IMG_2636 copy

Cette fois, ce fut elle qui brisa le silence :

« C’est une très longue histoire, dit-elle dans un soupir…

- Est-ce que ça a un rapport avec ce démon nommé Bélial?

- En effet, répondit-elle doucement…

- Et Myrddin? » Risquai-je à demander.

Elle sembla plus surprise que jamais que je mentionne ce nom. Elle s’appuya à son tour contre l’arbre, elle semblait complètement écrasée par le poids de cette histoire, le regard dans le vague, perdue dans ses souvenirs, elle avait l’air plus fatiguée que jamais…

« Alors tout cela est vrai, demandais-je à nouveau? Tout ce que dit ce livre est vrai? »

IMG_3453 copy

A ces mots, je lui tendis le livre que j’avais trouvé chez mon oncle, « l’Héritage du Démon ».

Lilith le pris doucement, la main légèrement tremblante. Cela faisait longtemps que je ne l’avais vuee si troublée... A vrai dire, la seule fois où je l’avais vu ainsi était à l’arrivée de Demian… Elle feuilleta l’ouvrage comme moi l’avant-veille. Enfin, elle le referma et se ressaisit. Elle me répondit enfin :

« Ce manuscrit semble retracer parfaitement l’histoire… du point de vue humain, en tout cas… 

- Et du point de vue démon, qu’est-ce que ça donne? » Questionnai-je à nouveau.

Elle prit une profonde inspiration, leva les yeux vers moi et répondit :

« Disons que d’un point de démon, je ne sais pas vraiment quoi te dire mais il est peut-être temps que tu connaisses au moins le mien. 

- Tu as connu Myrddin? »

Je n’aurais jamais pensé que je poserais cette question un jour avec tant de sérieux. « Connaissait-elle vraiment Merlin l’enchanteur? » Même encore aujourd’hui, cela me semble ridicule… Néanmoins, la réponse qu’elle me fit à ce moment-là fut encore plus surprenante… Dans une profonde expiration, comme si elle lâchait un poids trop longtemps porté elle m’affirma :

« Myrddin fut mon mentor. »

IMG_3471 copy

 A suivre...

163z393h

 Synthèse du récit de Lilith et du livre :

L’Héritage du Démon, partie 1

L’Héritage du Démon, partie 2

Posté par SailorLuna à 09:56 - 2. Photo stories - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 octobre 2012

La détermination de Lucy, partie 1

     Voilà. C’est terminé. Ma quête de vérité a touché son but. Rien ne sera plus jamais comme avant. Qui aurait pu deviner que ça finirait ainsi? Certainement pas moi, je l’assure. Comment aurais-je pu même l’imaginer? Tout ce que je connaissais, ou semblait connaitre, s’est définitivement envolé…

Ma vie a changé à tout jamais.

 

Après avoir longtemps hésité, et voyant que je n’arriverais pas à lui poser la question de but en blanc, j’ai cherché un autre moyen d’avoir la réponse que je cherchais… J’ai donc décidé de retourner dans le manoir de mon oncle pour y effectuer des recherches.

Quand je l’ai annoncé aux autres, j’ai prétexté vouloir faire des recherches sur les Reliques d'Avalon. Ce n’était pas tout à fait faux, si elles existaient vraiment, il était fort probable qu’il y ait quelque chose à ce sujet dans le bureau de mon oncle ou dans son immense bibliothèque.

IMG_3366 copy

C’est alors que Yuuki lança l’idée de m’accompagner, elle n’avait jamais été en Écosse. Elle fut tout de suite soutenue par Cherry et elles convainquirent le reste de l’ « équipe ». Même Elize me supplia de la laisser venir. Je doute que ce fut du goût de Cherry mais j’imagine que tout le monde a droit à des vacances, non? On réserva alors un grand appartement à Edinburgh ce qui était parfait finalement. C’était assez près de l’île de Seil et il y avait de quoi occuper tout le monde pendant mes recherches.

Le lendemain de notre arrivée, alors que tous prévoyaient leurs différentes activités, je louais une voiture et me dirigeais vers l’île de mon enfance. Lilith, Lunamiel, Arwen et même Serah m’ont proposée leur aide mais j’ai décliné l’invitation affirmant être la seule à trouver quoi que ce soit dans l’organisation du bureau et sous-entendant que j’avais besoin de me ressourcer un peu, ce qui n’était pas tout à fait faux non plus…

Je parti donc seule le matin de bonne heure et me dirigeais vers l’ouest. Vers midi, j’étais aux portes du domaine.

IMG_3351 copy copy

Il était tel que je l’avais laissé. James, le gardien, et sa femme Amelia continuait d’en prendre soin, comme ils le faisaient du temps où nous y vivions encore. Rien n’avait changé, excepté le silence. Du temps de mon oncle, il y avait toujours du bruit, de la musique, il affirmait être incapable de réfléchir sans musique… Une profonde nostalgie m’envahit quand je franchis les portes du domaine. Je ne pensais pas qu’il me manquait autant.

Dans un premier temps, je suis donc allée saluer James et Amelia afin de les avertir de ma présence. Ils furent bien sûr très surpris mais m’accueillirent à bras ouverts. Je dois avouer que j’étais très heureuse de les retrouver. Je les ai toujours connus, je ne saurais dire depuis quand ils occupent l’annexe du manoir. Pour moi, après mon oncle, ils sont ce qui se rapprochent le plus d’une famille. Amelia m’offrit le thé et ils me posèrent milles questions. Ils parlèrent aussi du domaine, des environs, de la vie sur l’île,...

IMG_2918 copy2

Enfin, James me proposa de l’accompagner dans le jardin. Il avait toujours été un jardinier hors pair et très fier de son travail. Il fut très heureux quand j’acceptai de le suivre dans le jardin afin d’admirer l’allée des hortensias dont il prenait tant soin. Ils m’ont semblé particulièrement beaux cette année. Je me souviens comme j’ai pu jouer dans ces allées aux multiples couleurs!

J’aurais pu rester des heures durant à écouter James me parler des fleurs, des arbres, de la pluie toujours trop abondante, du manque de soleil,… Toujours les mêmes conversations… Je me retrouvais des années en arrière, de si belles années… Hélas, je n’étais pas là pour parler de jardinage et je dû écourter la promenade. Il me fallait visiter le bureau de mon oncle. Je devais trouver quelque chose, n’importe quoi en rapport avec l’accident de mes parents.

IMG_1927 copy

Amelia m’ouvrit donc le bureau, fermé à clé depuis presque trois ans maintenant. Elle m’affirma n’avoir touché à rien, m’offrit une dernière  tasse de thé et me laissa seule avec mes souvenirs.  Mon oncle Ailbeart et moi avions passé tant de temps dans ce bureau. Je connaissais la place de chaque chose, le titre de chaque ouvrage… Là non plus, rien n’avait changé. J’entrepris donc mes recherches.  Des heures durant, je décortiquais les dossiers, feuilletais les livres,… Rien. La nuit était tombée, j’entendais Amelia passer régulièrement dans le couloir. Elle n’ouvrait la porte que pour me proposer une autre tasse de thé ou de quoi l’accompagner. Je commençais à désespérer.

Néanmoins, finalement, alors que mon regard balayait les longues rangées de livres couvrant les murs, il s’arrêta sur un en particulier, dont le titre sur la tranche attira mon attention. Il était intitulé « L’Héritage du Démon ». Je le saisis et commençai à feuilleter les premières pages. Ce livre avait visiblement était écrit par l’un de nos ancêtres à la fin du 19ème siècle. Nous avions toujours été une famille d’érudits…

Je n’avais jamais ouvert ce livre jusqu’à ce jour, et mon oncle ne m’en avait jamais parlée, je ne savais donc pas ce dont il parlait. Il faut aussi dire que jusqu’à présent je n’avais vraiment aucun intérêt pour le monde démoniaque… Évidemment, aujourd’hui tout est différent et cet ouvrage reçut tout mon intérêt.

IMG_8303 copy

Il y était question d’un demi-démon, Myrddin, à l’illustre destin. En effet, malgré son ascendance démoniaque, il choisit de protéger les Hommes et d’accomplir le Bien, une histoire connue de tous. Ce n’était finalement qu’un roman, rien de plus, une énième version de la légende. Qui n’a jamais entendu parler de Merlin l’enchanteur? Le nom change mais l’histoire reste plus ou moins la même,… Néanmoins, je m’attardais sur ce livre. Un nom avait retenu mon attention, celui du démon qui avait engendré Myrddin… « Bélial ». Je connaissais ce nom, je le savais et pas seulement parce que je l’avais lu… Ce nom me renvoyait dans le passé, me renvoyait à cette nuit-là… Il y avait un lien, j’en étais sûre… Je continuais donc ma lecture jusqu’à la découverte de la fameuse épée, connue aujourd’hui sous le nom d’Excalibur mais dans le livre mentionnée comme l’Épée des Rois… A la lecture de cette appellation mon esprit vibra… « L’Épée des Rois »… Une épée couronnée aux pouvoirs reconnus… tout comme celle sur le symbole des Reliques d’Avalon. Se pouvait-il qu’il s’agisse de la même arme? Cela ne pouvait être une coïncidence. Je laissai là mes réflexions pour continuer ma lecture jusqu’à l’issue tragique de l’histoire. Je n’avais finalement rien appris de solide sur l’accident de mes parents. Alors que je refermai le livre, une feuille de papier pliée glissa. Quoique jaunie et visiblement souvent manipulée, elle était de toute évidence beaucoup plus récente que l’ouvrage. Il s’agissait d’un rapport, non, du rapport de l’accident de mes parents. Un rapport que je n’avais jamais vu, plus complet que celui que m’avait montré mon oncle des années auparavant. Un rapport qui ne laissait plus de place au doute.

IMG_8327 copy

« Portière droite avant arrachée », « aucune trace d’impact »,… Mon père avait été extrait de la voiture par la portière et violemment projeté contre la paroi rocheuse. Tué sur le coup. Ma mère était visiblement sortie seule de la voiture mais avait eu la nuque brisée. Tous les deux portaient sur eux des marques laissant clairement comprendre qu’ils avaient été tués à main nue, visiblement une seule avait suffi. Hors, il est inenvisageable qu’un simple humain ait pu agripper un homme adulte de bonne constitution et l’envoyé frapper la paroi plusieurs mètres plus loin d’une seule main. Pour moi, à ce moment-là, il était évident qu’il s’agissait de l’œuvre d’un démon. De plus, je doute que le rapport se soit trouvé là par hasard, mon oncle a dû arriver à cette conclusion il y a déjà bien longtemps. Tout était lié. Ce doit d’ailleurs être la raison pour laquelle il m’avait montrée un faux…

Je rangeai le rapport et le livre dans ma sacoche. C’était le petit matin, j’avais lu toute la nuit. Je quittai donc le manoir, non sans avoir vu James et Amelia une dernière fois et leur avoir promis de mettre moins de temps à revenir la prochaine fois.

Je laissai à nouveau ce domaine, « ma famille », avec la certitude cette fois que j’aurai toujours un « chez moi » et que je reviendrai. Après avoir embrassé chaleureusement le gardien et sa femme, je m’en retournai, j’avais des choses à régler.

Lucy_Manoir

A suivre…

21 octobre 2012

Photo de famille pour clore les vacances!

 IMG_3275 copy2 copy

     En arrière plan, vous pouvez apercevoir Édimbourg (Écosse) et plus particulièrement le Balmoral Hotel (le bâtiment avec l'horloge) sur Princes Street .

 

Kendal, Cumbria (Angleterre)

IMG_2372 copyPyjama party!

IMG_2379 copy2

Pendant ce temps, Demian...

IMG_2392 copy

IMG_2384 copy

19 octobre 2012

A chacun ses occupations!

Ross-on-Wye, Heredfordshire

IMG_2083 copy

Keswick, Cumbria

IMG_2915 copy

St Bees, Cumbria

IMG_2964 copy

Oui, oui, il y a bien une poupée sur cette photo, la preuve :

IMG_2966 copy

IMG_2968 copy